Information sur l’accessibilité du site Raccourci clavier 1 pour accès direct à la barre de navigation du haut Raccourci clavier 2 pour accès direct au lien vers le trois un un Raccourci clavier 3 pour accès direct au menu principal du site de la Ville de Winnipeg Raccourci clavier 4 pour accès direct à la barre de navigation de gauche Raccourci clavier 5 pour accès direct au contenu Raccourci clavier 6 pour accès direct au contenu de la barre de navigation de droite Raccourci clavier 7 pour accès direct aux liens du pied de page
City of Winnipeg
  |  English   | 
COVID-19: City of Winnipeg response and latest updates on City facilities and services COVID-19 : Mesures prises par la Ville de Winnipeg et dernières nouvelles sur les installations et services municipaux
Budget

Budget pluriannuel de 2020-2023

Message de 2020 du maire et du président du comité d’orientation permanent des finances

Introduction

Nous sommes très heureux de vous présenter la version préliminaire des budgets de fonctionnement et d’immobilisations équilibrés pluriannuels de 2020-2023.

L’année 2020 est une année marquante pour la Ville de Winnipeg. Contrairement aux années précédentes où les budgets de la Ville étaient équilibrés une année à la fois, cette année, nous présentons des budgets préliminaires de fonctionnement et d’immobilisations qui sont équilibrés pour les quatre prochaines années.

Le processus d’élaboration de budget équilibré pluriannuel permet au conseil municipal de faire des ajustements aux budgets chaque année dans le cadre d’une revue annuelle. Le conseil municipal devra encore voter chaque année relativement aux budgets de fonctionnement et d’immobilisations annuels, conformément à la Charte de la ville de Winnipeg.

Les budgets équilibrés pluriannuels nous permettent d’envisager les besoins de Winnipeg à long terme et d’élaborer de meilleures méthodes pour assurer une prestation de services et des investissements en infrastructure stables.

Les budgets préliminaires équilibrés pluriannuels serviront aussi de point d’appui aux changements qui seront apportés à la prestation des services clés et à la façon dont nous investissons dans l’infrastructure tout en offrant certitude et prévisibilité aux contribuables.

Certaines priorités clés des budgets équilibrés pluriannuels consistent à investir dans le transport en commun, dans la sûreté et les services locaux, dans les routes, dans la prévention incendie et dans les arbres, tout en limitant les dépenses et en améliorant l’efficacité. Le processus d’élaboration du budget équilibré pluriannuel sera aussi l’occasion de revoir l’empreinte de nos biens immobiliers, de convertir nos terrains de golf, de réduire le nombre de véhicules que nous achetons ou louons sur le long terme, de mettre au point une stratégie relativement aux pataugeoires et aux aires de jets d’eau, et d’envisager une formule de financement pluriannuelle pour le Service de police de Winnipeg.

À Winnipeg, la croissance promet d’être forte et régulière au cours des prochaines décennies. Nous devons coûte que coûte gérer et appuyer cette croissance en investissant au bon moment dans les infrastructures et les services appropriés afin que ceux-ci soient en place au moment où on en aura besoin.

Le nouveau processus d’élaboration du budget équilibré pluriannuel est plus ouvert et transparent que le précédent processus budgétaire annuel, et favorise davantage une participation active des membres du conseil municipal, des organismes communautaires, de la population et de l’administration municipale. Le processus a commencé il y a quatre mois, et aujourd’hui, jour de remise des budgets équilibrés pluriannuels préliminaires, marque la continuation de ce processus de revue ouvert et transparent.

Tandis que d’autres paliers de gouvernement ont du mal à équilibrer leurs budgets d’une année à l’autre, nous vous présentons des budgets de fonctionnement équilibrés pour chacune des quatre prochaines années.

En dépit de l’aide financière au fonctionnement hors intérêts du gouvernement provincial, les budgets préliminaires sont équilibrés sans que les services municipaux ne subissent de coupures majeures, et les impôts fonciers n’augmenteront que de 2,33 pour cent par année pour assurer l’investissement dans la réfection des routes et le financement du couloir de transport rapide sud-ouest (CTSO).

Dans l’ensemble, nous sommes d’avis que les budgets préliminaires équilibrés pluriannuels de 2020-2023 proposent un plan responsable qui trouve un bon équilibre entre la viabilité fiscale et la viabilité environnementale tout en faisant les investissements dans les services et les infrastructures clés qui bâtiront pour l’avenir notre ville en pleine croissance.

Revenus et dépenses d’exploitation

Au début du processus d’élaboration du budget équilibré pluriannuel, il y avait un déficit de 89,6 millions de dollars dans le budget public de fonctionnement de 2020, qui devait augmenter à 174,9 millions de dollars d’ici 2023.

En octobre 2019, le comité exécutif a approuvé une stratégie visant à équilibrer les budgets sur les quatre prochaines années. Cette stratégie comportait des objectifs stricts relativement aux dépenses de fonctionnement pour tous les services ainsi que des plafonds pour les dépenses en immobilisations.

En novembre 2019, les services municipaux ont présenté des façons de réduire les dépenses de fonctionnement financées par les deniers publics d’un montant d’environ 147 millions de dollars sur les quatre prochaines années afin d’aider à équilibrer les budgets.

De nombreuses propositions incluaient la fermeture de piscines, de bibliothèques, de postes d’incendie et d’autres installations municipales ainsi que la suppression d’importants services municipaux.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires n’incluent aucune des fermetures d’installations municipales proposées ni aucune réduction marquante de services municipaux importants telle que l’arrêt du ramassage des ordures ménagères aux habitations multifamiliales ou le changement de l’éclairage des rues.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires prévoient par contre 118 millions de dollars de réduction dans les dépenses de fonctionnement et adopte de nombreuses propositions de l’administration municipale ainsi que des réductions de dépenses additionnelles.

Parmi les réductions de dépenses additionnelles incluses dans les 118 millions de dollars mentionnés ci-dessus, il est proposé d’opter pour une gestion stratégique de la dette plutôt que pour une utilisation du flux de trésorerie lorsqu’il s’agit d’acheter des autobus, et il est proposé de mettre fin au programme U-Pass une fois que les ententes avec les universités expirent en mai 2020.

Une autre mesure de réduction des dépenses suggérée dans les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires consiste à réduire de 10 pour cent toutes les subventions annuelles à partir de 2020, sauf dans le cas des organismes qui ont signé une entente pluriannuelle avec la Ville. Cette réduction de 10 pour cent des subventions ne touchera pas non plus les organismes qui offrent des services au nom de la Ville par l’entremise de partenariats communautaires.

Des décisions difficiles mais nécessaires comme celles-là nous ont permis d’atteindre les objectifs de la majorité des services municipaux en termes de dépenses, comme l’a exigé le comité exécutif l’an passé, et d’équilibrer les budgets pour les quatre prochaines années. Il a aussi été possible d’équilibrer les budgets grâce à une légère augmentation des recettes fiscales et du produit financier par rapport à ce qui était prévu au départ du processus d’élaboration du budget équilibré pluriannuel.

Si on exclut les dépenses en immobilisations, le budget public de fonctionnement augmentera en moyenne de 1,5 pour cent par an pendant les quatre prochaines années, ce qui constitue l’une des plus petites augmentations en plus de dix ans. Une fois les dépenses en immobilisations comptabilisées, on prévoit une hausse moyenne annuelle de 2,6 pour cent. Ce taux est inférieur au taux annuel moyen prévu par rapport à l’indice des prix à la consommation et à la croissance de la population pendant cette période, soit 3,37 pour cent.

À Winnipeg, les coûts de fonctionnement par habitant et les impôts fonciers demeurent parmi les moins élevés chez les grandes villes canadiennes. Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires proposent de maintenir la compétitivité de Winnipeg dans ce domaine en limitant à 2,33 pour cent l’augmentation annuelle des impôts fonciers pendant les quatre prochaines années et en dédiant l’intégralité des recettes fiscales aux besoins infrastructurels.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires proposent de maintenir la compétitivité de Winnipeg dans ce domaine en limitant à 2,33 pour cent l’augmentation annuelle des impôts fonciers pendant les quatre prochaines années et en dédiant l’intégralité des recettes fiscales aux besoins infrastructurels.

Deux pour cent des 2,33 pour cent des hausses annuelles proposées sont dédiés à la réfection des routes, et le 0,33 pour cent restant, au CTSO. Cela signifie qu’en 2020, les impôts fonciers se monteront à 41 $ de plus pour le propriétaire moyen.

Pour continuer d’alimenter l’économie et d’encourager les investissements, en 2020, le taux de la taxe d’entreprise passe de 4,97 pour cent à 4,84 pour cent, et le seuil de la taxe d’entreprise, de 33 900 $ à 35 700 $. Cela permettra à environ la moitié des entreprises de Winnipeg de continuer à être exemptées de cette taxe.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires proposent de ne rien changer au taux de la taxe de façade ni au taux du dividende sur les services d’eau et d’égout. Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires ne prévoient aucuns nouveaux frais.

La hausse de la plupart des frais et pénalités restants se limitera au taux d’inflation, soit 2 pour cent pour les quatre prochaines années, sauf pour ce qui est des tarifs d’eau et d’égout, qui augmenteront davantage pour financer des mises à niveau d’immobilisations jugées obligatoires par la Province. Les frais de réacheminement des déchets augmenteront de trois pour cent et passeront donc de 63 $ à 65 $ par an en 2020 afin d’amortir le coût du contrat de recyclage de la Ville. La taxe de dénaturation de l’environnement baissera de 5 pour cent en 2020, et les frais de stationnement demeureront inchangés.

Régie des transports

Le comité exécutif a limité à 2 pour cent par an la croissance des dépenses de fonctionnement annuelles pour la Régie des transports dans le budget équilibré pluriannuel.

Au début du processus d’élaboration du budget équilibré pluriannuel, la Régie des transports a proposé des options de réduction des dépenses de fonctionnement totalisant 52,6 millions de dollars sur les quatre prochaines années pour pouvoir atteindre ses objectifs en matière de dépenses.

Les budgets préliminaires rejettent la majorité des propositions de réduction des dépenses de fonctionnement, qui causeraient une diminution considérable des services, en faveur d’un plan qui permettra à la Régie des transports d’atteindre ses objectifs en matière de dépenses sans que le service ne soit trop touché et tout en bâtissant le transport en commun pour l’avenir, et ce, en étant responsable sur le plan financier et viable sur le plan écologique.

En avril 2020, le CTSO reliant le centre-ville à l’Université du Manitoba et au sud-ouest de Winnipeg sera achevé et mis en service. Le CTSO a été en grande partie fini avant la date limite donnée et a coûté 165 millions de dollars de moins que prévu.

Les budgets équilibrés pluriannuels proposent un investissement de plus de 13,1 millions de dollars, au courant des quatre prochaines années, dans un nouveau modèle de service d’autobus où des lignes secondaires rejoindront la ligne principale à différents endroits, c’est-à-dire le couloir de transport sud-ouest, offrant ainsi un transport très fréquent, fiable, efficace et considérablement amélioré aux gens qui se rendent vers le sud-ouest de Winnipeg ou qui partent ou se déplacent dans ce secteur.

L’investissement dans ce nouveau réseau inclut plusieurs nouvelles lignes d’autobus, des changements d’itinéraire des lignes existantes et la suppression de certaines lignes redondantes. Pour mettre en œuvre ce nouveau modèle de service, il faudra 28 nouveaux autobus articulés de 60 pieds ainsi que sept nouvelles stations de transport rapide à différents endroits de l’étape 2 du CTSO.

Le plan directeur du transport en commun de Winnipeg sera soumis à l’examen du conseil municipal en 2020. Ce plan définira une vision sur 25 ans pour le service d’autobus et l’infrastructure du transport en commun qui permettra de gérer la croissance.

L’abordabilité est une composante clé d’un réseau de transport en commun moderne, et les tarifs d’autobus à Winnipeg restent parmi les moins chers par comparaison à d’autres grandes villes canadiennes. En prévoyant l’offre d’un laissez-passer pour personnes à faible revenu pour la première fois à Winnipeg, les budgets équilibrés pluriannuels prennent des mesures concrètes pour rendre le transport en commun plus abordable pour les membres de la population qui en ont le plus besoin. À partir de 2020, les personnes admissibles auront droit à un laissez-passer pour personnes à faible revenu, qui propose un rabais de 30 pour cent sur les laissez-passer mensuels plein tarif pour adultes. Ce rabais augmentera à 40 pour cent en 2021, puis à 50 pour cent en 2022.

Pour améliorer encore davantage l’abordabilité du transport en commun, à partir de 2021, les enfants âgés de moins de 12 ans pourront prendre l’autobus gratuitement.

Les budgets équilibrés pluriannuels prévoient d’importants nouveaux investissements dans le service Transit Plus, y compris environ 1,3 million de dollars dès 2021 pour supprimer une barrière actuelle du système selon laquelle l’origine et la destination d’un déplacement doivent se situer à 500 mètres ou moins d’une ligne d’autobus existante. La suppression de cette barrière est l’une des recommandations clés du rapport de 2019 de l’ombudsman sur le service Transit Plus.

Les budgets équilibrés pluriannuels proposent également un investissement total de 2,5 millions de dollars pendant les quatre prochaines années pour appliquer plusieurs autres recommandations de l’ombudsman relativement à Transit Plus, ce qui aidera à offrir un meilleur service de transport en commun aux membres les plus vulnérables de la population.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires représentent aussi environ 20,5 millions de dollars des réductions de dépenses de fonctionnement proposées à l’origine par la Régie des transports, y compris une réduction des apports en espèces au programme de remplacement des autobus et l’arrêt du service gratuit Downtown Spirit.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires prévoient également une utilisation stratégique de la dette et des bénéfices non distribués plutôt que des fonds de fonctionnement pour acheter des autobus de remplacement, et un plan de réduction du service d’autobus sur certains itinéraires à faible fréquentation.

De plus, les budgets ne proposent pas de renouveler le programme U-Pass une fois que les ententes en vigueur avec les universités arriveront à expiration en mai 2020. Cependant, les étudiants du postsecondaire demeurent admissibles à un rabais de 20 pour cent avec l’achat d’un laissez-passer pour étudiants du postsecondaire, et les élèves en situation de besoin économique peuvent désormais demander un laissez-passer d’autobus pour personnes à faible revenu.

Grâce à toutes ces mesures, le budget de fonctionnement d’ensemble de la Régie des transports augmentera en moyenne de 2,5 pour cent par an pendant les quatre prochaines années (dépenses en immobilisations non comprises), soit d’un peu plus que les deux pour cent visés.

La subvention financée par les recettes fiscales accordée à la Régie des transports passerait de 70,5 millions de dollars en 2019 à 95,5 millions de dollars en 2023, ce qui représente une augmentation de 35 pour cent. Le fait que la Province a réduit son financement dans le transport en commun de façon importante ces dernières années ne nous empêche pas de continuer à faire de cette question une priorité quand nous élaborons les budgets équilibrés pluriannuels.

Sûreté des quartiers

Le comité exécutif a limité à 2 pour cent par an la croissance des dépenses de fonctionnement annuelles pour le Service de police de Winnipeg (SPW) dans les budgets équilibrés pluriannuels.

En novembre 2019, le SPW a proposé un plan pour atteindre ses objectifs en matière de dépenses, qui incluait la réduction des forces de 34 postes d’agent assermenté ainsi que de 25 postes de cadet.

En même temps, le conseil municipal a pris la décision difficile mais nécessaire d’approuver les réformes liées à la viabilité du régime de retraite de la police à la fois dans l’intérêt des membres du Service et des contribuables.

Cette décision du conseil municipal relativement aux réformes du régime de retraite de la police permettra de réaliser des économies d’environ 14,7 millions de dollars pouvant être réinvesties dans le SPW pendant les quatre prochaines années. Le SPW pourra ainsi atteindre ses objectifs de dépenses de fonctionnement sans réduire le nombre d’agents assermentés ou de cadets, ce qui est conforme aux recommandations que le conseil de police de Winnipeg a faites en décembre 2019 relativement au budget pluriannuel.

Les réformes au régime de retraite de la police permettront aussi d’économiser 1,5 million de dollars de plus chaque année, qui peut être réinvesti dans le SPW dès 2021. Ces économies peuvent permettre de nouveaux investissements dans des services de police et de sécurité publique, investissements qui devront être définis par le chef de police en consultation avec le conseil de police de Winnipeg.

Dans l’ensemble, la version préliminaire du budget de fonctionnement équilibré pluriannuel de 2020-2023 propose de faire des investissements inédits en augmentant le budget de fonctionnement du SPW de 2 pour cent par an en moyenne. Le budget de 289,4 millions de dollars de 2019 (dépenses en immobilisations non comprises) représenterait ainsi plus de 313 millions de dollars en 2023, ce qui constitue la plus grosse part du budget public de fonctionnement de la Ville.

La version préliminaire des budgets équilibrés pluriannuels de 2020-2023 permettra de continuer, pendant les trois prochaines années, des investissements annuels de 100 000 $ dans le nouveau programme communautaire de sûreté et de prévention du crime, où l’on encourage les activités qui aident à renforcer la prévention du crime ainsi que les efforts d’amélioration de la sûreté dans les quartiers.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires appuieront la deuxième phase de la stratégie sur la sécurité du centre-ville en allouant une nouvelle aide financière au fonctionnement pour la création d’un lieu de connexions communautaires à la bibliothèque du Millénaire afin d’offrir aux personnes vulnérables et à risque un accès important à des services sociaux.

On propose aussi un investissement total de 1 million de dollars sur les quatre prochaines années pour financer l’expansion d’espaces sûrs ouverts jour et nuit offerts par des organismes communautaires, ce qui constitue une recommandation clé du rapport du groupe de travail sur les drogues illicites de 2019. Ces espaces sûrs sont ouverts la nuit et sont des lieux sûrs où les personnes vulnérables peuvent se reposer et s’alimenter, mais aussi trouver des ressources et des soutiens. On s’attend à ce que le nouvel investissement dans ces espaces sûrs qui est proposé à Winnipeg encouragera des investissements supplémentaires dans ces services essentiels de la part des gouvernements fédéral et provincial.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires proposent aussi de renouveler l’investissement de 600 000 $ pour les quatre prochaines années dans l’initiative End Homelessness Winnipeg, qui vise à mettre fin à l’itinérance, afin d’aider à répondre aux besoins en matière de logement et à offrir des services de soutien aux personnes les plus vulnérables de la collectivité en cas de très mauvais temps.

Services communautaires

Le comité exécutif a limité à 0,5 pour cent par an la croissance des dépenses de fonctionnement annuelles pour les Services communautaires dans le budget équilibré pluriannuel.

Au début du processus d’élaboration du budget équilibré pluriannuel, l’administration municipale avait proposé des options de réduction des dépenses de fonctionnement de plus de 16 millions de dollars pour pouvoir atteindre les objectifs des Services communautaires en matière de dépenses.

Les options de réduction des dépenses de fonctionnement comprenaient la fermeture de piscines, de bibliothèques, d’arénas et d’autres installations municipales. La population winnipégoise a exprimé de vives préoccupations relativement à ces fermetures, et les budgets équilibrés pluriannuels font ressortir ces réactions du public à ce sujet.

Comme nous l’avons dit plus tôt, les budgets préliminaires ne proposent pas de fermer de façon permanente des installations municipales qui sont présentement ouvertes. À l’heure actuelle, l’aréna Terry-Sawchuk est fermé, et il le demeurerait.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires prévoient environ 4,7 millions de dollars des réductions de dépenses de fonctionnement pour les Services communautaires proposées par l’administration municipale. Présentement, 14 des 20 bibliothèques de la Ville de Winnipeg ne sont pas ouvertes le dimanche, et on appliquerait le même horaire aux six autres, et toutes les bibliothèques fermeraient à 20 h.

Les budgets proposent également de réduire les programmes du Guide Loisirs de 50 pour cent à partir de janvier 2021. Cette réduction comportera une revue de tous les programmes du Guide Loisirs dans le cadre de laquelle les programmes offerts dans les zones où les besoins sont élevés et les programmes destinés aux enfants et aux jeunes seraient maintenus.

Dans l’ensemble, la version préliminaire des budgets équilibrés pluriannuels de 2020-2023 propose d’augmenter le budget de fonctionnement des Services communautaires de 1,3 pour cent par an en moyenne pendant les quatre prochaines années. Le budget de 2019 qui s’élevait à 105,1 millions de dollars (dépenses en immobilisations non comprises) atteindra donc les 110,9 millions de dollars en 2023, ce qui dépasse l’objectif de départ de 0,5 pour cent qui a été approuvé par le comité exécutif, pour pouvoir maintenir les installations municipales clés ouvertes.

Réfection des routes

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires proposent des investissements importants dans les routes.

Au cours des cinq dernières années, la Ville a fait un investissement total de 535,3 millions de dollars dans les routes régionales et locales qui a permis de refaire 686 kilomètres-voies de routes, ruelles et trottoirs.

Le budget d’immobilisations préliminaire de 2020 et les prévisions quinquennales des immobilisations continuent d’allouer la hausse de 2 pour cent des impôts fonciers à la réfection des routes régionales et locales. En 2020, nous investirons un total de 130,3 millions de dollars dans la réfection des routes régionales et locales, le plus haut niveau d’investissement annuel dans l’histoire de la ville.

Un montant total projeté de presque 847 millions de dollars, soit une moyenne de 141 millions de dollars par an, sera alloué à la réfection des routes régionales et locales au cours des six prochaines années. Cela est comparable à un investissement rajusté projeté sur six ans de 821 millions de dollars en 2019, soit en moyenne 136,8 millions de dollars par an.

L’investissement projeté de 847 millions de dollars au courant des six prochaines années permettra de refaire environ 900 kilomètres-voies de routes, ruelles et trottoirs, ce qui représente une distance légèrement plus grande qu’entre Winnipeg et Minneapolis. Cet investissement appuiera d’importants projets partout à Winnipeg, y compris :

  • la réfection de l’avenue Fermor, entre le boulevard Lagimodière et le chemin Plessis;
  • la réfection de plusieurs rues du centre-ville, y compris Broadway, entre la rue Osborne et la rue Main;
  • la réfection de plusieurs portions des rues Erin et Wall et de l’avenue Sargent;
  • la réfection de la rue Stafford et des avenues Taylor et Corydon;
  • la réfection de l’avenue Leila, entre les rues McPhillips et McGregor.

Avec un investissement de plus de 535,3 millions de dollars ces cinq dernières années et de 847 millions de dollars dans le courant des six prochaines années, Winnipeg aura alloué près de 1,4 milliard de dollars en onze ans à la réfection des routes régionales et locales.

Service d’incendie et de soins paramédicaux de Winnipeg

Le comité exécutif a limité à 2 pour cent par an la croissance des dépenses de fonctionnement annuelles pour le Service d’incendie et de soins paramédicaux de Winnipeg (SISPW) dans les budgets équilibrés pluriannuels.

Au début du processus d’élaboration du budget équilibré pluriannuel, l’administration municipale a proposé environ 7,5 millions de dollars de réductions des dépenses de fonctionnement au cours des quatre prochaines années et 7,8 millions de dollars de réductions des dépenses en immobilisations pour les six prochaines années en ce qui concerne le SISPW.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires rejettent la plupart des réductions des dépenses de fonctionnement et d’immobilisations proposées en faveur d’un plan d’investissement pour ce domaine de service essentiel. Ce plan s’appuie sur les recommandations récentes du rapport sur l’orientation stratégique du SISPW, qui guide pour les prochaines quinze années les investissements qui permettront au SISPW de répondre aux besoins d’une ville en pleine croissance.

Les budgets équilibrés pluriannuels proposent des dépenses en immobilisations de plus de 25 millions de dollars pour construire deux postes d’incendie et de soins paramédicaux à partir de 2022 et de 2023. Ces investissements s’attaquent à deux des priorités les plus pressantes en matière d’immobilisations comprises dans le rapport sur l’orientation stratégique du SISPW.

Un des nouveaux postes d’incendie et de soins paramédicaux sera construit à la place du poste de Windsor Park (15) et sur les terrains municipaux adjacents. Ce nouveau poste permettra de remplacer à la fois la caserne existante de Windsor Park et celle de Saint-Boniface sur la rue Marion (9). Cet investissement dans ce poste d’incendie et de soins paramédicaux commencerait en 2022. L’investissement est estimé à 13 millions de dollars et sera financé en priorité par le biais de la dette extérieure.

Le deuxième nouveau poste d’incendie et de soins paramédicaux sera construit dans Waverley-Ouest. Cet investissement dans ce poste d’incendie et de soins paramédicaux commencerait en 2023. Cet investissement estimé à 12,1 millions de dollars sera en partie financé par un emprunt extérieur de 5,1 millions de dollars, et les 7 millions de dollars restants proviendront de la réserve de la taxe de dénaturation de l’environnement, car il est entendu qu’il faut cette nouvelle caserne pour répondre aux besoins dans ce secteur de la ville en pleine croissance.

Les deux nouvelles casernes dédiées aux services d’incendie et de soins paramédicaux pourront accommoder une ambulance, si Soins partagés accepte de payer sa partie des coûts en immobilisations pour ces installations, vu que la Ville de Winnipeg offre des services d’ambulance contractuels au nom de Soins partagés.

On s’attend aussi à ce que la Ville examine des options avec les municipalités voisines de la région métropolitaine de Winnipeg pour aider à couvrir les coûts associés à ces nouveaux postes d’incendie et de soins paramédicaux.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires comprennent également environ 2,2 millions de dollars des réductions de dépenses de fonctionnement proposées pour le SISPW, ce qui représente environ 30 pour cent de toutes les réductions proposées par l’administration municipale. Ces réductions affecteront surtout l’entretien des casernes pendant les quatre prochaines années.

Dans l’ensemble, la version préliminaire des budgets équilibrés pluriannuels de 2020-2023 propose d’augmenter le budget de fonctionnement du Service d’incendie et de soins paramédicaux de Winnipeg de 2,1 pour cent par an en moyenne pendant les quatre prochaines années. Le budget de 2019 qui s’élevait à 199,5 millions de dollars (dépenses en immobilisations non comprises) atteindra donc les 216,8 millions de dollars en 2023, ce qui dépasse d’un peu l’objectif ciblé de 2 pour cent qui a été approuvé par le comité exécutif.

Protection et préservation des arbres

En 2019, le Défi un million d’arbres a été lancé pour inciter la population winnipégoise à aider à planter un million d’arbres pour une ville qui comptera un million de personnes dans les prochaines décennies.

La canopée de Winnipeg est source de fierté pour les résidents et constitue une défense clé contre le changement climatique. Toutefois, elle est menacée par des forces destructrices telles que l’agrile du frêne et la maladie hollandaise de l’orme.

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires mettent la priorité sur la protection et la préservation de nos arbres en augmentant le budget de fonctionnement pour planter et élaguer les arbres et les protéger de la maladie hollandaise de l’orme de 11,8 millions de dollars en 2019 à 12,5 millions de dollars en 2023, ce qui représente une hausse de 6 pour cent.

On estime que l’investissement en immobilisations total dans le programme de préservation de la forêt urbaine et le reboisement pendant les quatre prochaines années dépassera les 25 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de près de 10 millions de dollars ou 60 pour cent par rapport au précédent investissement en immobilisations sur quatre ans dans ce domaine. Les investissements budgétaires s’appuient sur un financement précédent du conseil municipal à Trees Winnipeg, qui aura alors les moyens de déployer les fonds et les ressources du secteur privé afin de développer la canopée urbaine.

Programme de dépenses en immobilisations sur six ans

La version préliminaire du budget d’immobilisations équilibré pluriannuel de 2020-2023 et les prévisions quinquennales des immobilisations proposent un investissement de 2,152 milliards de dollars, ce qui constitue une baisse d’environ 154 millions de dollars par rapport aux 2,306 milliards de dollars du budget et des prévisions quinquennales de 2019.

Cette baisse des dépenses en immobilisations est causée en premier lieu par une baisse des dépenses d’investissement en immobilisations dans le budget de fonctionnement (apport en capital). Ainsi, le budget et les prévisions quinquennales de l’année dernière visaient 360,2 millions de dollars, tandis que le budget et les prévisions quinquennales de cette année se chiffrent à 128 millions de dollars. La réduction de l’apport en capital est nécessaire pour équilibrer les budgets. La réduction totale dans le programme de dépenses en immobilisations sur six ans découle de la plupart des réductions de dépenses en immobilisations qui ont été proposées par l’administration municipale.

Les emprunts extérieurs destinés à de nouvelles dépenses d’immobilisations pendant les six prochaines années devraient totaliser légèrement moins de 133,7 millions de dollars (sans compter la dette associée aux véhicules municipaux). Cela représente une hausse de 24,3 millions de dollars par rapport aux prévisions sur six ans de l’année dernière, qui annonçaient 109,5 millions de dollars, mais on reste largement dans les limites que la Ville s’est imposées en termes de dette. La nouvelle dette dans le programme de dépenses en immobilisations sur six ans appuiera en priorité les investissements intergénérationnels dans les routes et la construction de nouveaux postes d’incendie et de soins paramédicaux.

On utilisera 20 millions de dollars de ce qui a été alloué à Winnipeg de la taxe fédérale sur l’essence l’année dernière pour contribuer aux investissements destinés à améliorer la sûreté, la sécurité et l’accessibilité dans les installations de loisirs, à la rénovation du centre municipal de St. James et de la piscine Bonivital, et au programme de forêt urbaine.

Le programme de dépenses en immobilisations sur six ans inclut aussi des investissements clés dans l’infrastructure qui tiennent compte de la durabilité environnementale et qui améliorent la qualité de vie, dont :

  • un investissement de 180 millions de dollars dédié à la réduction des débordements d’égout;
  • un investissement de 23,3 millions de dollars dans l’infrastructure de transport actif;
  • un investissement de 113,5 millions de dollars dans le remplacement des conduites d’eau principales et de 113 millions de dollars dans le remplacement des égouts collecteurs;
  • un investissement de 132,8 millions de dollars dans l’achat de 180 autobus pour remplacer des autobus existants;
  • un investissement de 6 millions de dollars dans l’installation de nouveaux abribus chauffés à divers endroits de la ville;
  • un investissement de 4,2 millions de dollars dans la numérisation du processus de permis du Service de l’urbanisme, des biens et de l’aménagement;
  • un investissement de 14,6 millions de dollars dans l’amélioration continue du parc Assiniboine;
  • un investissement de 3 millions de dollars dans la rénovation du théâtre Rainbow Stage au parc de Kildonan.

Apporter des changements transformateurs

Les budgets équilibrés pluriannuels préliminaires permettront de réaliser des changements réels, mesurables et transformateurs pendant les quatre prochaines années. En 2020, l’administration municipale présentera au conseil municipal des façons de mettre sur pied un nouveau fonds pour la transformation qui sera alimenté par la vente d’actifs qui sont en surplus relativement aux besoins de la Ville.

Le fonds de transformation aidera à investir dans la transformation de la prestation de services municipaux et à réduire le déficit d’infrastructure de la Ville tout en misant sur les loisirs, les espaces verts publics ainsi que la protection et la préservation de la canopée de Winnipeg.

L’administration municipale soumettra aussi un plan à l’examen du conseil municipal début 2020 afin de commencer le processus de vente du terrain de golf John-Blumberg, et présentera un rapport de suivi sur la reconversion de jusqu’à 30 pour cent des terrains de golf de la Ville plus tard dans l’année.

En 2020, l’administration municipale soumettra également à l’examen du conseil municipal un rapport de suivi sur la réduction du nombre des biens immobiliers de la Ville, y compris ceux qui sont loués à des tierces parties.

De plus, en 2020, l’administration municipale devra soumettre à l’examen du conseil municipal une stratégie de réinvestissement dans les pataugeoires et les aires de jets d’eau qui sera financée par le fonds de transformation.

Enfin, pour préparer les budgets équilibrés pluriannuels de 2024-2027, l’administration municipale collaborera avec le Service de police de Winnipeg et le conseil de police de Winnipeg afin de soumettre à l’examen du conseil municipal de nouvelles options de financement pluriannuel du SPW qui apportent certitude à la Ville pour sa planification, et des niveaux de financement viables et prévisibles pour le SPW.

Mot de la fin

Au cours des prochaines décennies, la population de Winnipeg connaîtra une croissance forte et soutenue, et atteindra bientôt le million. Il est essentiel d’investir dans les services et l’infrastructure maintenant que nous savons que la croissance créera des besoins auxquels nous devrons répondre à l’avenir.

La version préliminaire des budgets équilibrés pluriannuels de 2020-2023 est un moyen responsable et viable sur le plan fiscal de gérer la croissance.  

Nous devons continuer de collaborer avec nos partenaires aux niveaux fédéral et provincial afin de bloquer le plus de fonds possible pour l’infrastructure de Winnipeg et de pouvoir faire des investissements à la hauteur de la croissance. Nous devons également poursuivre notre travail auprès du gouvernement provincial pour faire en sorte que la Ville de Winnipeg ait aussi son mot à dire sur la façon dont les subventions d’infrastructure sont dépensées au Manitoba. Nous continuerons d’analyser de près toutes les dépenses pour garantir aux contribuables la certitude et une utilisation optimale des fonds publics.

Nous invitons maintenant tous les résidents et tous les membres du conseil municipal à poursuivre le travail qui nous permettra de finaliser la version préliminaire des budgets équilibrés pluriannuels de 2020-2023.

En toute déférence,

Brian Bowman
Maire de Winnipeg

Scott Gillingham
Président du comité d’orientation permanent des finances

Calendrier des séances sur le budget préliminaire pluriannuel

Soumission de commentaires sur le budget préliminaire

Si vous souhaitez faire des commentaires en personne sur le budget préliminaire, inscrivez-vous pour vous présenter à titre de délégation devant le comité concerné.

Si vous voulez soumettre des commentaires par écrit qui seront consignés dans les dossiers publics, veuillez faire parvenir une copie de vos commentaires au Bureau du greffier.

Présentation à titre de délégation ou soumission de commentaires

Les budgets de fonctionnement et d’immobilisations équilibrés pluriannuels préliminaires de 2020-2023 de la Ville de Winnipeg seront présentés lors de la séance extraordinaire du comité exécutif le vendredi 6 mars 2020 à 13 h 30.

À la suite du dépôt des budgets le 6 mars 2020, le calendrier des séances publiques pendant lesquelles on entendra les délégations et on examinera les budgets de fonctionnement et d’immobilisations préliminaires de 2020-2023 a été établi comme suit :

Mercredi 11 mars – 9 h 30
Comité d’orientation permanent des biens et de l’aménagement, du patrimoine et du développement du centre-ville (Séance extraordinaire)

Jeudi 12 mars – 13 h
Comité d’orientation permanent du renouvellement des infrastructures et des travaux publics (Séance extraordinaire)

Vendredi 13 mars – 9 h 30
Comité d’orientation permanent de la sûreté, des services communautaires et des parcs (Séance extraordinaire)

Lundi 16 mars – 9 h 30
Comité d’orientation permanent de l’innovation et du développement économique (Séance extraordinaire)

Lundi 16 mars – 16 h
Conseil de police de Winnipeg (Séance extraordinaire)

Mardi 17 mars – 1 h 30
Comité d’orientation permanent des eaux et des déchets, de la gestion des rives et de l’environnement (Séance extraordinaire)

Mercredi 18 mars – 9 h
Le comité exécutif entend les délégations s’exprimer sur la question du budget. (Séance extraordinaire)

Jeudi 19 mars – 9 h
Le comité exécutif dépose ses dernières recommandations. (Séance extraordinaire)

Vendredi 20 mars – 9 h 30
Le conseil municipal revoit le budget. (Séance extraordinaire)

Samedi 21 mars – 9 h 30
Séance mensuelle du conseil municipal

Renseignements sur le budget

Documents

Infographie

Recommandations de l’automne 2019 pour le budget pluriannuel

Contexte historique lié au déficit d’infrastructure actuel de la Ville

Cette étude financière et économique vise à soutenir l’administration municipale et le conseil municipal dans l’élaboration du tout premier budget pluriannuel de la Ville de Winnipeg. Elle offre un aperçu historique des tendances financières et économiques qui ont eu une incidence sur la réalité financière actuelle de la Ville de Winnipeg. Il est important d’examiner les politiques et les outils financiers dont on s’est servi par le passé afin d’avoir le contexte et les renseignements nécessaires pour les adapter à la réalité économique actuelle.

On devrait lire cette étude en tenant compte d’autres documents importants de la Ville de Winnipeg, notamment NotreWinnipeg, le rapport sur l’état de l’infrastructure, le plan de gestion des actifs de la Ville, le rapport sur les tendances communautaires et le rendement, et les prévisions de la Ville de Winnipeg relativement à la population, au logement et à l’économie.

Le budget de fonctionnement financé par les deniers publics de la Ville de Winnipeg présente actuellement un déficit d’infrastructure.

Le budget adopté de 2019 prévoit un déficit de 105 millions de dollars en 2020, et de 132 millions de dollars en 2021. On s’attend à ce que ce déficit d’infrastructure continue de s’amplifier au-delà des deux prochaines années, puisque les dépenses de fonctionnement subventionnées par les recettes fiscales qui sont prévues gagnent en importance à un taux environ deux fois plus élevé que celui des recettes prévues.

Le déficit d’infrastructure présent dans le budget de fonctionnement financé par les deniers publics de la Ville n’a pas vu le jour récemment.

Il a évolué sur une période de vingt ans.

Les années 1990 ont été difficiles pour Winnipeg. Nombre des politiques financières actuelles de la Ville de Winnipeg reflètent les défis du passé. Pendant les années 1990, Winnipeg a dû surmonter des obstacles de taille, notamment :

  • Une diminution de la population
  • L’inondation historique de 1997
  • La perte d’une franchise de sport importante en 1996
  • Des impôts fonciers municipaux parmi les plus élevés au Canada
  • Une faible augmentation des recettes
  • Des frais de service de la dette élevés
  • Une forte dépendance par rapport aux impôts fonciers

La Ville de Winnipeg s’est servie de divers outils financiers pour surmonter ces obstacles, entre autres, et pour gérer et limiter la diminution de la population et le déclin économique qui avaient lieu à l’époque. Voici certaines des mesures qui ont été prises :

  • Des réductions puis des gels des impôts fonciers
  • Des dépenses en immobilisations limitées
  • Des réductions des dépenses
  • Une réduction de la dotation en personnel de la Ville
  • Une réduction de la dette
  • Une augmentation des prélèvements des comptes de réserve

En 2010, les défis connus par la Ville de Winnipeg ont commencé à évoluer.

Si la décennie précédente avait été caractérisée par une diminution de la population, les années 2010 ont amené avec elles un tout nouveau défi pour la Ville : celui de la croissance.

Depuis 2010, la Ville de Winnipeg a connu les défis suivants :

  • La croissance de la population la plus rapide depuis les années 1950
  • Une croissance économique record, notamment en 2018, lorsque Winnipeg s’est classée au deuxième rang de toutes les villes canadiennes importantes pour ce qui est de la croissance du PIB réel
  • Les impôts fonciers les moins élevés de toutes les villes canadiennes importantes
  • Une faible dépendance par rapport aux impôts fonciers comme source de recettes
  • Des remboursements de la dette peu élevés

Pendant la décennie des années 2010, caractérisée dès le début par une importante croissance de la population, ainsi que par une situation économique forte, on a continué à se servir de nombre des outils financiers qui avaient été adoptés pour faire face à la population en déclin des années 1990.

Cette façon de faire a contribué de façon importante au déficit d’infrastructure de la Ville de Winnipeg. Elle a contribué à un déséquilibre entre les recettes, les dépenses et les coûts générés par une ville en croissance.

Cette étude financière et économique expose le contexte historique dans lequel nombre des politiques financières actuelles ont été conçues, et souligne l’importance de réviser les politiques pour que la Ville de Winnipeg continue à croître et qu’elle gagne en popularité auprès des résidents et des entreprises qui pourraient venir s’y installer.

Contexte lié au budget pluriannuel

Dernière mise à  jour : 2020-03-19